La nouvelle batterie infiniment plus sûre et économique

Batterie à électrolyte solide

Déjà en pointe sur l’hydrogène, le constructeur automobile Toyota pourrait très bientôt, dépasser également ses concurrents, dans le domaine de l’électrique. Comment ? Grâce à son nouveau type de batterie à électrolyte solide dont il a d’ailleurs annoncé la production, dès la première moitié de la décennie 2020. Une importante annonce qui le propulse par ailleurs à la tête de la course aux progrès techniques sur les véhicules électriques.

La nouvelle batterie signée Toyota, Fisker et Tiamat : infiniment plus sûre

L’instabilité : c’est là le principal défaut, qui caractérise les batteries électriques d’aujourd’hui. Les électrolytes qui les composent étant sous forme liquide, elles laissent apparaître les dentrites et peuvent être à l’origine de courts-circuits entre les électrodes. S’ensuit alors une production accrue de chaleur, qui elle, peut provoquer l’évaporation de l’électrolyte puis l’inflammation de la batterie mise au contact de l’air ambiant.

Et c’est justement sur ce problème d’instabilité que le constructeur Toyota s’est penché. Pour limiter les risques d’inflammation et d’explosion de la batterie, le constructeur a conçu une batterie pratique et sûre, composée uniquement d’électrolytes solides. Une solution bien vue qui permet d’ailleurs de profiter d’un certain avantage, dont la réduction du risque de court-circuit. Et parce qu’il n’y a pas de court-circuit, le risque d’explosion de la batterie devient quasi nul. Fisker également dévoile cette nouvelle batterie capable de donner 800 km d’autonomie en 1mn de charge !

Charge ultra rapide : l’autre caractéristique qui fera le succès de cette nouvelle batterie

En plus d’éviter les courts-circuits, les batteries à électrolytes solides sont capables de supporter des charges plus puissantes, sans qu’il soit nécessaire de les compléter avec un système de refroidissement. Les cellules qui les composent étant par ailleurs plus compactes, et disposées les unes serrées contre les autres, la batterie pourra même stocker jusqu’à deux ou trois fois plus d’énergie qu’une unité lithium-ion à électrolyte liquide.

Par ailleurs, selon le constructeur, l’utilisation d’électrolyte solide devrait, normalement, permettre de réduire le coût des batteries, et donc systématiquement, le coût de la voiture électrique. Pour se rendre réellement compte de toutes ces potentialités, il faudra bien sûr attendre, jusqu’en 2020. Ce qui n’empêche toutefois pas le constructeur Toyota de gagner une place de choix dans cette course effrénée au progrès technique, en vue d’améliorer toujours plus la performance des véhicules électriques.

L’aspect écologique

Avec la batterie à électrolyte solide le lithium qui est rare à obtenir est remplacé par du simple sodium. Autrement dit, du sel. Ce qui permet bien sûr d’espérer des couts de fabrication qui rendent enfin le stockage accessible à toutes les bourses. Pour l’instant, on ne connait pas grand chose sur les autres éléments qui entrent jeu dans cette solution, ni le niveau de recyclabilité. Alors on va se contenter de dire que cette batterie est plus écologique que les modèles actuels sans pour autant aller jusqu’à dire qu’il s’agit d’une panacée en la matière. Il faudra attendre d’avoir des éléments techniques plus détaillés pour en tirer des conclusions définitives. Pour l’instant, ce qui est sûr c’est que l’électrolyte solide est à base de verre et que l’anode est à base de sodium ou de potassium.

En adaptant cette technologie à plus grande échelle, on pourrait créer de gigantesques solutions de stockage d’énergie renouvelable. Tiamat évoque une batterie d’une durée de vie de plus de 10 ans et un temps de recharge divisé par 10. Ces batteries pourraient permettre de véritablement démocratiser le véhicule électrique grâce à ses performances et à son prix, la batterie représentant un poste très important dans le prix final d’un véhicule électrique actuellement.

source: le point

Oui Le VE peut résoudre le principal problème de stockage des EnR !

En effet la voiture thermique sera obsolète d’ici 8 ans