La vraie liberté c’est de ne plus dépendre des hydrocarbures

active-le-choix-vous-appartien-sortir-du-systemeNe plus dépendre des hydrocarbures est possible !

Ce constat implique par conséquent une vraie politique énergétique susceptible de nous rendre à moyen terme soit autosuffisants (3 piliers transition, efficacité énergétique & renouvelables), soit plus du tout dépendant des pays producteurs d’hydrocarbures les plus problématiques. Il est clair que si tous les pays européens diminuaient, voire annulaient leurs importations de pétrole saoudien puis de gaz qatari, cela contribuerait à affaiblir ces pays et surtout cela réduirait la dépendance énergétique envers eux. Cela pourrait aussi contribuer à les « persuader » de respecter nos intérêts et de ne plus s’immiscer dans nos affaires islamiques et communautaires et de combattre le terrorisme. Ce serait pour, l’exprimer dans un langage populaire « faire d’une pierre trois coups ». Comme l’ont écrit les professeurs Damiens Ernst et Michel Hermans « affaiblir le régime en place en Arabie Saoudite aurait pour conséquence de faire reculer cette forme particulièrement intolérante de l’Islam qu’elle prône et, de par la même, sans doute de réduire les dangers de ce terrorisme islamiste. (…). Chacun sait que la chute actuelle du prix du baril de pétrole est liée à la volonté de l’Arabie Saoudite de garder sa part du marché pétrolier, comme l’a exprimé à plusieurs reprises le ministre saoudien de l’Énergie, Ali al Naïmi. Le régime en place semble être conscient de la menace qui plane sur lui : sa survie serait fortement entravée  si le monde occidental pouvait se passer sans trop de difficultés du pétrole saoudien. (…). La transition énergétique est donc le meilleur moyen pour diminuer l’importance du Wahhabisme et diminuer l’anthropocène en participant à stabiliser le climat. (…). Une piste à envisager par l’Europe pour affaiblir l’influence de l’Arabie Saoudite serait une réduction drastique de sa consommation de pétrole, couplée avec une diversification des sources (Russie, Iran, Kazakhstan, huiles de schistes américaines, etc). Cela permettrait une réduction du pouvoir d’influence de ce pays ».

plus de guerre des EnRIls ont abdiqué la souveraineté de notre Nation qui doit être d’urgence reconstituée.

Nous avons vu précédemment en quoi le fait de reprendre le contrôle des banlieues et zones de « non-droit et de non-France » abandonnées depuis trop longtemps aux caïds et aux islamistes est possible dès lors que l’on aura compris que la peur doit changer de camp et que les habitants de ces quartiers sont les premières victimes de la nouvelle barbarie. Nous avons également vu qu’une vraie stratégie de contre-guerre psychologique accompagnée d’une pédagogie qui passe par une refonte de l’Ecole et de l’enseignement de l’Histoire est possible et doit impérativement accompagner le volet répressif afin d’avoir une longueur d’avance sur nos ennemis. Ceux-ci se nourrissent en effet à la fois de notre masochisme identitaire et des contradictions des démocraties d’opinion « droit-de-l’hommiste » qui dévalorisent toute forme de patriotisme au profit des logiques anti-nationales et communautaristes. Nous savons également que le nerf de la guerre de nos faux amis et vrais ennemis que sont les monarchies wahhabites du Golfe est le soft power du salafisme et des Frères musulmans qui ont défiguré et pris en otage l’islam grâce à la manne des pétro-gazo-dollars qui inondent la Oumma depuis des décennies et permettent de compromettre nos dirigeants.

Bandeau-petrole-lithium-electricite-EnR-ActiVE-le-choix-vous-appartientNe plus dépendre des hydrocarbures est possible sans déforestation et biocarburants !

Pour se passer de plus en plus du pétrole, les recettes sont aujourd’hui connues. Il s’agit bien sûr en premier lieu de favoriser massivement le développement des énergies renouvelables, tant en promouvant les investissements directs qu’en imposant un prix du carbone.  Il ne s’agit pas seulement de développer les énergies renouvelables aux seules fins de « décarboner » la production d’électricité, qui s’appuie déjà sur un mix énergétique varié, mais aussi de les transposer dans le secteur de la mobilité, très gourmand en pétrole. Oui les EnR créer des emplois et peuvent nous transporter

La cosomation de pétrole du au transport ne cesse d'augmenter

Transport pollution de l’air

Ce dernier, est encore le plus concerné puisque le transport, fonctionne à plus de 90% à base d’énergies fossiles, et c’est le deuxième plus important pôle d’émissions de gaz à effet de serre (24% des émissions européennes, dont 719% pour le transport routier dans son ensemble). Certains pays européens montrent déjà l’exemple. Ainsi la Norvège, seul pays producteur de pétrole d’Europe, a annoncé au début de l’été 2016, vouloir totalement bannir les véhicules thermiques à horizon 2025. Les Pays Bas envisagent la même décision, et des rumeurs dans le même sens proviendraient de l’Allemagne. Corollaire du développement de la production électrique sur la base d’énergies renouvelables, il faut bien sûr continuer à investir dans la « stockabilité » de l’énergie électrique encore considérée comme un facteur limitant. A nouveau, les pistes en la matière se multiplient et un certain nombre de solutions prometteuses se dessinent déjà : batteries, accumulateurs géants, stockage à air comprimé, stations de transfert d’énergie par pompage (STEP), hydrogène (pas viable pour la voiture)… Certes, ces solutions restent encore chères et nécessitent des recherches mais, déjà bon nombre d’investisseurs s’engagent, dont le désormais fameux Elon Musk, qui avec Tesla et son projet Solar City, pour ne retenir qu’un exemple. Des millions de VE rendent le prix de l’électricité positif et d’origines renouvelables

Nucleaire trop cherEn ce qui concerne l’énergie nucléaire, celle-ci n’est pas à rejeter en bloc, même d’un point de vue écologique, puisqu’il existe des technologies peu connues du grand public mais très prometteuses, et de moins en moins risquées avec peu de déchets, comme par exemple les réacteurs au thorium dont les avantages nombreux sont que le thorium 232 est bien plus abondant que l’uranium, qu’il n’a pas besoin d’être enrichi, qu’il ne produit pas de réaction en chaîne (donc qu’une centrale nucléaire eu thorium ne peut pas s’emballer et qu’elle s’arrête d’elle même en cas de défaut de refroidissement), et surtout que les déchets du 232Th ne sont dangereux que quelques siècles au lieu de milliers d’années. Enfin, les centrales au thorium peuvent « incinérer » les déchets des centrales à uranium, y au compris le plutonium, et elles ne permettent pas de produire de bombe nucléaire, ce qui évite le risque de « double emploi » comme pour l’Iran ou le Pakistan ou d’autres pays problématiques dont on craint qu’un programme nucléaire civil serve à mettre au point une bombe atomique. En août 2010, des éminents physiciens français ont ainsi préconisé de privilégier les recherches et développements concernant les réacteurs de quatrième génération, notamment ceux à sels fondus en cycle thorium. En janvier 2012, un avis de l’Académie des Sciences de Paris a confirmé l’importance pour l’industrie nucléaire de s’orienter prioritairement vers les recherches sur les technologies des réacteurs de quatrième génération puis la filière du thorium.

source-ev-car-et-hydroggen-ve-hydrogene-activeIl existe également différentes pistes qui supposent le déploiement d’écosystèmes intégrés tels notamment celui de l’hydrogène,  (pas pour les voitures voir détail) vecteur de stockage de l’électricité (par électrolyse) produite sur la base de renouvelables. Ces solutions ont dépassé le stade expérimental et fonctionnent d’ores et déjà, en s’adaptant aux différents usages. Il s’agirait d’en accélérer le développement pour réduire la dépendance au pétrole. La question des coûts comparatifs est encore souvent évoquée, mais sans forcément prendre en compte de façon stricte un prix du baril très volatile car à la fois fortement influencé par les pays producteurs et par le cours du dollar, sa principale devise de transaction. Comparaison du puit à la roue distance parcourue avec 10 kwh

En effet, il faut bien intégrer que le prix du pétrole en-deçà du seuil des 50$ le baril, devrait remonter, aidé qu’il est par la récession américaine et le retournement de la politique de la FED. Il devrait ainsi vite se retrouver à des niveaux supérieurs à 80$. Dans ce contexte, le coût des énergies renouvelables, notamment du solaire et de l’éolien, deviendra de plus en plus compétitif face aux énergies fossiles, et ce dans de nombreux pays. De plus les ressources à venir en matière d’énergie renouvelable sont diverses et vont bien au-delà du solaire et de l’éolien, qui même s’ils se taillent la part belle, s’insère dans un mix de renouvelables très large, et qui se décline en fonction des ressources locales. Ainsi la géothermie (c’est à dire l’exploitation de la chaleur qui traverse la croûte terrestre), dans certaines zones spécifiques, la biomasse pour n’en citer que quelques-unes.

guerre-pour-le-petrole-paix-pour-le-renouvelable-activeNous nous sommes faits la guerre pour le pétrole. Trouvons la paix grâce aux énergies renouvelables

En Europe, la Suède se positionne comme le premier pays au monde à avoir décidé d’éliminer le pétrole en tant que combustible au profit des énergies renouvelables. L’objectif du gouvernement suédois est de mettre fin à la dépendance au pétrole d’ici 2020. Quant à l’Islande, qui dispose, certes, de ressources géothermiques, elle prévoit de doter son parc d’automobiles et de navires de moteurs à hydrogène d’ici 2050. Ailleurs dans le monde les exemples ne manquent pas non plus. Ainsi le Brésil envisage d’ici cinq ans de faire fonctionner 80% de ses moyens de transport avec de l’éthanol dérivé de la canne à sucre, nous invitant certainement à être plus ambitieux sur le sujet du bioéthanol qui permettrait également de réduire notre dépendance. La dynamique de croissance soutenue par les énergies renouvelables présente comme autre intérêt de se fonder sur une logique locale, plus ancrée dans les territoires et donc de favoriser des emplois locaux non délocalisables et des consommateurs mieux informés et, de facto, plus responsabilisés sur les enjeux géo-politico-climatiques. Ainsi faut-il écarter des aberrations à la fois technologiques et économiques telles qu’a pu les penser la Commission Européenne, en promouvant le projet Désertec  qui consisterait à produire de l’énergie solaire avec des panneaux photovoltaïques installés dans le désert algérien, pour la réimporter en Europe… quand de nombreux territoires locaux ou beaucoup moins éloignés et plus pertinents pourraient drainer ces investissements en priorité (tels le sud de l’Espagne, Italie, Portugal par exemple).

Petrole-char-guerre-sang-Enr le choix vous appartient ActiVEEn résumé Le pétrole tue et pollue plusieurs fois

Texte d’Alexandre del Valle géopolitologue.

26 commentaires

  1. Pingback :La vraie liberté c’est de ne plus dépendre des hydrocarbures – Enjeux énergies et environnement

  2. Pingback :SmartGreenCharge™ innovation de rupture

  3. Pingback :Faire un peu moins avec beaucoup moins

  4. Pingback :La vraie liberté c’est de ne plus dépendre des hydrocarbures – Enjeux énergies et environnement

  5. Pingback :Enfants du monde victimes de la pollution de l'air et de l'eau

  6. Pingback :Les nouvelles technologies sont en train de révolutionner le monde

  7. Pingback :Le véritable duel est annoncé !

  8. Pingback :Les EnR pourraient faire rouler tous les Francais

  9. Pingback :Résumé des 30 raisons de rouler en VE

  10. Pingback :Nous manquons de connaissances bien plus que d'argent ou de croissance

  11. Pingback :«sois le changement que tu veux voir dans ce monde»

  12. Pingback :Greenspot station de recharge EnR

  13. Pingback :Notre quotidien sans pétrole pour notre mobilité

  14. Pingback :ActiVE un article rédigé avec des titres – Enjeux énergies et environnement

  15. Pingback :ActiVE un article rédigé avec des titres

  16. Pingback :Voiture coûts usage comparatif ActiVE

  17. Pingback :Une Tesla Gigafactory pour l'indépendance énergétique de la France

  18. Pingback :Essence ou diesel le même combat ! – Enjeux énergies et environnement

  19. Pingback :Essence ou diesel le même combat !

  20. Pingback :Changement climatique: on subit les lobbys des Etats

  21. Pingback :Voiture électrique moteur de la transition énergétique – Enjeux énergies et environnement

  22. Pingback :Comment faire aboutir la transition énergétique citoyenne ?

  23. Pingback :Changer de moteur dans votre mobilité

  24. Pingback :Description d'une mobilité ancienne et moderne

  25. Pingback :La mobilité de la liberté est électrique

  26. Pingback :Véhicule Electrique: ridicule dangereux évident

Les commentaires sont fermés