La croissance économique peut-elle continuer sans combustibles fossiles ?

Le GIEC pense que oui !

Voici pourquoi ses modèles de décarbonisation sont brisés.

Publié par INSURGE INTELLIGENCE, un projet de journalisme d’investigation à l’intention des peuples de la planète.

Dans cette troisième contribution à notre symposium intitulé «Pathways to the Post-Carbon Economy», l’économiste biophysique Graham Palmer évalue la plausibilité des prévisions économiques classiques d’une transition énergétique mondiale loin des combustibles fossiles.

Emplois: les EnR embauchent, le fossile débauche !

La plupart des prévisions peignent une image rose de la croissance économique continue et sans entrave, même si le monde se libère entièrement des sources d’énergie à forte intensité de carbone. Mais ces scénarios sont-ils vraiment possible ?

D’autres avis soutiennent que nous avons besoin d’une nouvelle approche de la modélisation, qui accorde une plus grande attention à la relation intime entre l’énergie, nos sociétés et leurs économies. Cette approche sur le climat et l’énergie peut dans ce cas apporter des « co-bénéfices ».

… Le discours sur les changements climatiques est structuré autour de récits concurrents – décroissance, pro-renouvelables, pro-nucléaire, localisme, affaires vertes, techno-optimisme, etc. La modélisation du scénario énergétique par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU fournit une base pour une grande partie du discours. Les modèles intégrés sont liés à des histoires socio-économiques et technologiques pour prévoir une image des futures voies des principales caractéristiques à prendre.

Insight: il devrait être clair que l’énergie devient plus précieux. En l’absence d’innovations radicales, comme les appareils mobiles de fusion à froid, nous ne pouvons pas compter sur une énergie peu coûteuse pour générer des améliorations ponctuelles de la productivité que nous avons vu au 20ème siècle. Nous devons convenir du fait que la croissance économique peut être incompatible avec les objectifs de réduction.

Changement de vie radical dans un avenir proche

En conclusion: nous n’avons simplement pas la compréhension de la complexité et des processus de rétroaction pour projeter en toute confiance plusieurs décennies dans le futur. Le greffage du GIEC des données sur la croissance et la productivité du 20ème siècle sur les scénarios futurs manque complètement les relations intimes entre l’énergie et les économies.

La tendance à la baisse d’EROI (TRE) est essentielle à la compréhension de la norme future de la vie.

Pour ActiVE la conclusion est que les EnR peuvent dès à présent faire rouler tous les Français