La guerre des métaux rares

Après la téléphonie et l’informatique….le VE !

Cerium, terbium, samarium, gadolinium, néodyme, ces métaux demeurent méconnus du grand public. Pourtant, ils sont présents dans les écrans, les téléphones et jusque dans les billets de banque et bien sur dans les moteurs d’éoliennes, panneaux photovoltaïque et VE.

A l’heure où l’or noir décline, les métaux rares sont convoités pour leurs exceptionnelles propriétés magnétiques et chimiques. Les rois de ces minerais, les terres rares, sont devenus indispensables dans les fabrications de haute technologie: elles font rouler les VE et entrent dans la composition des missiles de haute précision. Pendant 6 ans, le journaliste Guillaume Pitron a sillonné une douzaine de pays pour enquêter sur ce phénomène.

La transition EnR entachée par l’exploitation des mines de terres rares

Certes l’énergie produite par ces métaux peut être propre, leur extraction se révèle coûteuse pour l’environnement puisqu’elle n’est pas réalisée dans le respect écologique. De plus ce monopole de la filière par la Chine peut laisser présager des conflits géopolitiques majeurs.

Terres rares pas si rare que cela, il y en a partout.

Dans les années 80, la mondialisation a laissé la Chine s’occuper de ces mimes de terres rares et de ses applications stratégique. Nous pays développés passons uniquement commande. Nous avons besoins de ces ressources mais ne voulons pas assumer leur coût écologique. Oui, la mondialisation a en son sein cette sous-traitance qui ôte à toutes Nations sa souveraineté.

L’objectif est d’accélérer la transition vers les technologies vertes et de respecter 3 points essentiels

  1. Connaitre et facturer le réel coût de fabrication avec des marges honnêtes
  2. Le devoir de tout recycler systématiquement
  3. Retrouver une indépendance minérale par le recyclage ou la mine

3 € c’est le coût pour l’ensemble des matières premières d’un téléphone portable, 2/3 (2 €) serait le coût pour leur recyclage. Certes le recyclage coûte plus cher que l’extraction à la mine mais si nous restons guidés par la logique du moindre coût, nous aggravons la dépendance à la Chine et aggravons la dégradation écologique puisque la Chine achète auprès des pays fournisseurs (ex Congo 80% du cobalt vers la Chine qui détient près de 50 % des terres rares mondiales) et encourage l’enfer de Dante. Sources audio

Opérer une grande bifurcation

Si c’est seulement un changement de technologie sans changement de mode de consommation, si l’on associe pas un progrès technique sans un changement humain, nous faisons fausse route et cela risque même de s’empirer. Changez ! Faites un peu moins avec beaucoup moins !

Nous avons toutes les solutions techniques mais comme le disait Albert Einstein “On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l‘on engendré »

Cette article présente une réponse à la question. La révolution du VE vrai ou fausse bonne idée ?

La lecture de cet article devrait encourager un label VE utile pour développer les batteries contre la pollution de l’air et encourager le recyclage à 100% au lieu d’une vieille loi de 1996 non adaptée.

En résumé “nous n’avons pas de problèmes de matières rares, nous avons des problèmes de matières grises !” Pensée croissance-verte-ActiVE

à votre avis impossible croissance infinie dans un monde fini ?

 

 

 

 

 

Un commentaire

  1. Ping :Impossible croissance infinie dans un monde fini

Les commentaires sont fermés