Raffiner du carburant consomme de l’électricité

Economie, qualité de l’air, climat

La France consomme 500 TWh d’électricité, nos moyens de production sont capables de produire jusqu’à 700 TWh par an. (pour cela il est plus facile de fermer quelques centrales nucléaires). Il circule, par ailleurs, en France, 32 millions de voitures particulières, parcourant en moyenne 12 000 km/an.

Considérant qu’un VE consomme en moyenne 15 kWh/100 km, cela représenterait, si tout le parc français était électrique, une consommation électrique totale de 15 x 120 = 1800 kWh x 32 000 000 = 57 600 000 000 kWh, soit 57,6 TWh. Même en admettant que les pertes en ligne et les pertes de charge soient de 20% (hypothèse très pessimiste), faire rouler toutes nos voitures à l’électricité nécessiterait au maximum 69,1 TWh, soit moins de 10% de notre capacité de production totale. Il est donc parfaitement inutile d’augmenter le nombre de centrales nucléaires. VE une chance pour la France

Changez les énergies de vos déplacements optez pour des EnR

Nos carburants « classiques » sont de gros consommateurs d’électricité. Il faut environ 2 kWh pour raffiner 1 litre de pétrole. (Il faut distiller environ 4 litres de pétrole pour faire 1 litre d’essence et 1 litre de gasoil un rendement environ de 25 % pour ces 2 carburants). Une voiture thermique consomme, minimum 12 kWh/100 km d’électricité en plus de son carburant.

Petit calcul:

  • 2 kWh pour raffiner 1 litre de pétrole. VT 6 litres /100 km = 2 X 6 = 12 kWh
  •  6 litres de consommation pour faire 100 km  = 60 kwh …

soit un total de 72 kWh pour faire 100 km avec cette énergie primaire sans son transport

L’énergie éolienne en mer beaucoup moins chère que le nucléaire !

Autre atout du VE: il se recharge principalement la nuit ou durant ces longues périodes de stationnement, cela permet de lisser la demande d’électricité, qui subit de fortes fluctuations dans la journée ainsi que des prix négatifs. Grâce aux réseaux électriques intelligents ou smart grid, les batteries des voitures peuvent même fournir de l’énergie lors des pics de consommation V2G V2H. À terme, l’essor du véhicule électrique devrait donc favoriser la fermeture de certaines centrales nucléaires, car c’est aussi un bon moyen de stockage des EnR intermittentes.

Le changement c’est maintenant, tous en route en véhicule électrique