Les origines nazies des énergies renouvelables et du réchauffement climatique

L’histoire comme dirait le Roi Salomon “rien de neuf sous le soleil” doit nous apprendre à ne pas tomber dans les pièges créant peur et permettant la servitude.

Cet article fournit un historique critique entre les doctrines de l’Allemagne nazie et le développement durable moderne, l’économie verte et la technocratie. J’ai documenté que le mouvement de la Technocratie des États-Unis, une fois basé à l’Université Columbia en 1932, a établi une organisation sœur dans l’Allemagne nazie en 1933. La technocratie était très attrayante pour les scientifiques et les ingénieurs allemands et tandis que l’idéologie a vécu, l’organisation elle-même a été terminée par Hitler en raison de la concurrence perçue à sa dictature naissante. Néanmoins, la doctrine actuelle du développement durable, alias Technocratie, trouve des racines profondes dans l’idéologie et la pratique environnementales d’Hitler. Inutile de dire que les agents modernes de la Technocratie feront de grands efforts pour prendre leurs distances avec ces faits historiques. • Rédacteur en chef de TN

Pourquoi étudier l’histoire, et un sujet aussi laid que la montée nazie en République de Weimar ? Parce que, citant George Santayana, ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter. Il semble que nous ayons beaucoup oublié, parce que, en tant que civilisation, nous répétons les plans nazis fous de l’énergie renouvelable à une échelle massive.

Ce livre est un bon document source:

R. Franz Lawaszeck était un inventeur et fabricant de turbines hydroélectriques en Bavière. En tant que membre précoce de Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (le Parti national-socialiste ouvrier allemand ou parti nazi), il est rapidement devenu un porte-parole éminent sur la politique économique du parti, en particulier la politique énergétique. Il était clairement dans la partie anticapitaliste de gauche du parti et avait une relation étroite avec d’autres socialistes nationaux de gauche tels que Feder, Streicher, Himmler, Backe, Goebbels, etc. Son livre commence par dénoncer l’État capitaliste et appeler à l’équilibre essentiel à la vie qui ne peut exister que dans un État corporatiste.

Le Dr Lawaszeck commence à discuter de l’énergie à la page 10. Les grandes industries d’une société capitaliste ont un avantage en ce qu’elles peuvent produire leur propre pouvoir sur place pour 1,5-2,0 pfennig/kWh, tandis que les petites entreprises paient 10-25 pfennig/kWh.

Puis, à la page 12 et à l’économie de l’hydrogène :

Il semble que la transformation de la société en une société de l’hydrogène est une étape importante vers une nouvelle révolution industrielle. Nous utiliserons ce « vorsprung durch technik » [avantage par la technologie]. Les moteurs à hydrogène sont plus puissants que les moteurs au diesel ou au benzène. Avec l’oxygène bon marché, il sera moins cher de fabriquer et de souder l’acier. Nous pourrions donc être compétitifs sur le marché mondial et exporter davantage. Nous pouvons alors rembourser notre dette nationale, même lorsque nous avons réduit les intérêts à zéro.

en page 47, il entre dans la transformation nazie prévue de l’industrie du pouvoir:

En bref, les besoins de l’industrie peuvent être comblés par l’hydroélectricité et le charbon. Le charbon est gaspillé parce qu’il est si bon marché, de sorte que les effets économiques à long terme ne sont pas pris en considération. Le charbon serait beaucoup mieux utilisé pour fabriquer des produits chimiques précieux et d’autres produits. L’hydroélectricité et l’énergie éolienne peuvent fournir jusqu’à 80 % de l’énergie. L’énergie renouvelable est fluide et gratuite. Pourquoi ne sont-ils pas utilisés plus? L’intérêt sur l’argent est le plus grand obstacle pour rendre l’hydroélectricité et l’éolien rentables. Tant que nous aurons des intérêts sur l’argent, cela limitera l’utilisation de l’hydroélectricité.

Puis sur l’économie de l’hydrogène à la page 60:

Notre mission est de construire les nouvelles centrales hydroélectriques et éoliennes indépendantes du réseau électrique, afin qu’elles produisent de l’énergie précieuse sous forme d’hydrogène gazeux. L’hydrogène peut facilement être stocké et transporté dans des pipelines. L’hydrogène sera produit par électrolyse sous pression, de sorte que le gaz sera comprimé sans consommation d’énergie supplémentaire.

puis plus sur l’énergie éolienne:

L’énergie éolienne, en utilisant le vent sans frais, peut être construite à grande échelle. L’amélioration de la technologie ne sera pas plus coûteuse que l’énergie thermique. Cela est techniquement et économiquement possible et ouvre un tout nouveau type de production d’électricité d’une durée de vie importante. L’avenir du vent n’est plus de petits moulins à vent, mais de très grandes centrales électriques réelles. Les tours à vent doivent être d’au moins 100 m de hauteur, plus le meilleur est, idéalement avec des rotors de 100 m de diamètre. Ce type de mât à cage haute est déjà construit sous la forme de mâts radio élevés.

Également du journal national nazi Volkischer Beobachter (l’Observateur du Peuple) du 24 février 1932 :Dans un discours sensationnel du constructeur des plus grandes tours d’acier d’Allemagne, le célèbre ingénieur Hermann Honnef de Rhénanie, à l’Institut de physique de l’Université technique [Hochschule] à Berlin, a mentionné que dans la hauteur entre 70 à 90 mètres [230 à 300 pieds], une zone de vent élevé commence qui peut fournir l’énergie éolienne. Honnef avait construit dans des recherches d’un an un projet éolien de grande zone, qu’il a déclaré dans les détails.

l’influence du vent variable est totalement éliminée. Le résultat le plus intéressant de ses expériences est qu’il est possible d’utiliser les différentes forces du vent dans différentes zones dans une certaine mesure, que seulement 3 à 5% dans la demande de pointe annuelle est laissé. Il s’agit d’une énorme amélioration par rapport à la variabilité beaucoup plus grande de l’hydroélectricité. Il combinera l’hydroélectricité avec ses constructions d’énergie éolienne, qui fournissent l’électricité de base, et ainsi améliorera considérablement l’utilité de l’hydroélectricité.

L’électricité excédentaire des moulins à vent, situé le long de la côte de la mer, sera utilisée pour la production d’hydrogène très bon marché. Cela rendra de nombreux produits moins chers. Les engrais baisseront dans le prix. L’hydratation du charbon aux liquides sera rentable. Le coût peut être réduit de 17 pfennig par litre [64 pfennig par gallon] à 7-8 pfennig par litre [26-30 pfennig par gallon]. De cette façon, environ un milliard de Reichsmark peuvent être sauvés qui va aujourd’hui à l’étranger (pour l’importation de pétrole). Les 300 000 travailleurs de l’industrie minière du charbon peuvent conserver leur emploi, 200 000 dans les mines et 100 000 pour la liquéfaction du charbon. Les économies permettront de 400 000 travailleurs supplémentaires qui pourront être payés dans le cadre du processus de transformation de l’industrie.

Les grandes et les petites exploitations agricoles auront la possibilité d’acheter de l’électricité en période de surplus à des prix très raisonnables, de 18 h à 8 h et de 12 h à 13 h. Au moins 1 million de nouvelles petites exploitations seront établies. L’électricité bon marché permet de chauffer la terre, puis d’obtenir une troisième récolte. Encore une fois, des milliards peuvent être économisés, que nous payons normalement à l’étranger pour les légumes, salade, fruits, etc. Pendant la nuit, l’électricité d’environ 1 kWh pour 1 mètre carré [11 pieds carrés] de terrain sera suffisante.

L’une des tours à vent de 1 300 pieds de haut aurait pris 27 500 tonnes d’acier à fabriquer, approchant ainsi la quantité utilisée dans le Scharnhorst. Des têtes si sages l’ont emporté, et les énergies renouvelables nazies se sont évaporées en 1936. Mais une autre influence nazie pernicieuse augmentait. Hermann Flohn, né en 1912, a obtenu son doctorat en 1934 et a commencé à travailler pour le Service météorologique allemand. En 1941, il publie le premier article en langue allemande sur le réchauffement climatique, dont le titre se traduit par L’activité de l’homme comme facteur climatique. Toujours cette année-là, il devint météorologue en chef du Haut Commandement de la Luftwaffe, fournissant des conseils pour l’opération Barbarossa. Herr Flohn a survécu à la guerre et était encore alarmistes sur le réchauffement climatique 40 ans plus tard – par exemple, le titre de cet article dans la revue Umschau en 1980:

Se traduit par chaleur induite par le C02 plus dangereux que l’énergie nucléaire. Ces phrases vous disent tout ce que vous devez savoir de lui:

Jusqu’à une valeur de 450 ppm, il n’y a apparemment que des risques qui peuvent être contrecarrés par une stratégie d’adaptation.

Un climat vraiment catastrophique ne peut être attendu qu’à environ 750 ppm : le gel de l’océan de glace arctique déplace le climat et les ceintures de précipitations autour de 600 à 800 km [375 à 500 mi] au pôle Nord (moins au pôle Sud).

Donc, si vous avez déjà posé des questions sur les origines intellectuelles des EnR et le réchauffement climatique, ils ont eu leurs débuts au cours d’une période laide de l’histoire – à travers des régimes misanthropes créés par des gens avec un Weltanschauung répugnant. (Source)

Avis ActiVE…..sachant que la 1ere des choses qu’a fait Hitler en 1939 c’est d’attaquer les réserves de pétrole dans les Pays de l’Est …les ENR c’est que de la propagande pour faire le “le gentil BON” !!

Ce jour, la transition EnR sera une réussite si elle est citoyenne et permet la decentralisation, mais elle ne doit pas alimenter un système pervers ou l’argent public est gaspillé et appauvri le peuple.

Plus une énergie nécessite d’étapes et d’intervenants, plus elle est rentable pour les industriels et couteuse pour la société. Le but n’est pas de la fabriquer au meilleur prix mais surtout d’en contrôler la commercialisation car celui qui maitrise le commerce de l’énergie, détient le pouvoir lui-même. C’est le cas de l’Hydrogène

Pourtant Sept milliards d’euros doivent être consacrés au développement de la technologie hydrogène dans les prochaines années selon le gouvernement. Alors que la mobilité 100% élecyrique attend toujours un réseau de borne électrique performant !

Plus une énergie nécessite d’étapes et d’intervenants, plus elle est rentable pour les industriels et couteuse pour la société. Le but n’est pas de la fabriquer au meilleur prix mais surtout d’en contrôler la commercialisation car celui qui maitrise le commerce de l’énergie, détient le pouvoir lui-même. 

Nucléair cher pollution argent

Oui les primes vertes freinent le développement durable !

Trop cher, trop lent… l’atome ne fait plus le poids face aux énergies renouvelables !
L’avenir du transport personnel n’est pas du tout à la voiture à hydrogène

Les commentaires sont fermés