La désinformation sur les véhicules électriques à batteries

Anticiper le développement durable !

Les tentatives de plus en plus grossières des industries pétrolière et automobile de diffuser des informations erronées sur les véhicules électriques visent à protéger un modèle économique de plus en plus reconnu chaque jour comme nocif pour la planète et pour chacun d’entre nous. Des médias tels que The Guardian et CNBC ont écrit sur ce problème. La désinformation comprend l’affirmation selon laquelle les véhicules électriques sont de plus gros pollueurs que les véhicules conventionnels; cela a été réfuté à maintes reprises, d’autant plus que de plus en plus d’États et de pays produisent leur électricité à partir de sources durables. Et même lorsque l’électricité est produite à partir de combustibles fossiles, l’utilisation de voitures électriques signifie encore une réduction importante de la pollution de l’air dans nos villes et campagne.

Un autre mensonge est que le transport n’est pas le vrai problème, que les causes réelles de la pollution sont le chauffage ou les émissions industrielles. La vérité est que les voitures et les camions représentent plus d’un tiers des émissions polluantes, dont une bonne partie se produit précisément dans les lieux où nous vivons et travaillons. Toute réduction est donc susceptible d’avoir un effet positif sur notre qualité de vie.

Les émissions des véhicules de tourisme aux États-Unis sont comparables à une éruption du Mont St Helens qui survient tous les 3 jours

Ensuite, il y a les affirmations selon lesquelles les véhicules électriques sont trop chers ou génèrent de l’anxiété chez leurs conducteurs: une idée réfutée par l’autonomie croissante des véhicules électriques, qui approche déjà, voire dépasse, celle de leurs homologues à combustibles fossiles. Mercedes affirme que son prochain véhicule électrique aura une autonomie de 500 kilomètres et que certains Teslas, comme le prochain Roadster, devraient avoir une autonomie d’environ 1000 kilomètres. Même si ces exemples ne sont pas précisément des voitures pour les gens ordinaires, la tendance est claire. Avec l’augmentation progressive de la densité des batteries, ces chiffres ne peuvent évoluer que dans un sens: à la hausse.

La voiture électrique à batterie est la plus efficiente

Le tableau suivant de Transport & Environment est très explicite.

Les batteries sont également la cible de campagnes de désinformation: certains de mes lecteurs disent que les batteries dépendent de sources minérales prétendument rares et ne peuvent pas être recyclées. Premièrement, les batteries peuvent être recyclées. Leurs éléments sont parfaitement réutilisables, et contrairement à ce que beaucoup pensent, les batteries se dégradent avec l’usage ou avec le temps beaucoup moins que prévu. Des études scientifiques rigoureuses montrent une dégradation des batteries d’environ 1% tous les 30000 kilomètres, ce qui les rend beaucoup plus efficaces que leurs rivaux à combustion interne. Dans de nombreux cas, ce mensonge a conduit les sociétés de crédit-bail ou de location à proposer de mauvaises affaires (sur la base d’une supposée valeur résiduelle nulle à la fin du contrat) aux personnes intéressées par les véhicules électriques, décourageant ainsi les ventes. À mesure que de plus en plus de batteries sont produites, la technologie s’améliore et les prix baissent, tandis que d’autres technologies, telles que les batteries à semi-conducteurs, offrent encore plus de potentiel.

Ensuite, il y a les faiseurs de peur qui répandent des contre-vérités sur notre incapacité à produire suffisamment d’électricité pour recharger toutes ces voitures électriques. Cette affirmation a déjà été réfutée par nul autre que l’association britannique des fournisseurs d’énergie, qui affirme que ses membres seront plus que capables de répondre à la demande de plusieurs millions de véhicules électriques qui devraient arriver dans les années à venir.

En vérité, c’est fini avec le prix dissuasif du véhicule électrique
Le prix VE + usage = moins cher que VT

Et puis il y a la question de la maintenance. Les moteurs à combustion interne ont plus de 10 000 pièces mobiles qui doivent être lubrifiées en permanence et remplacées périodiquement. Comme tout propriétaire de voiture le sait, le remplacement des pièces de rechange est extrêmement coûteux. Un véhicule électrique typique comporte environ 18 pièces mobiles, avec une très faible dégradation et des besoins d’entretien considérablement inférieurs à ceux des véhicules équipés de moteurs à combustion interne.

Citoyen méfiez-vous de la double peine des voitures hybrides
Nous devons passer rapidement et efficacement à l’utilisation de véhicules électriques, en contournant complètement les hybrides (les hybrides sont inefficaces et ne visent qu’à prolonger la durée de vie du moteur à combustion interne, une technologie déjà obsolète qui devrait être interdite le plus tôt possible. Quiconque envisage d’acheter une voiture devrait oublier le diesel, l’essence ou les hybrides et passer au 100% électrique.

Dans certains pays, comme l’Espagne, l’industrie automobile utilise encore des arguments basés sur sa «neutralité technologique» fictive qui sont en réalité tout sauf neutres. Ces arguments sont essentiellement conçus pour une période de transition extrêmement longue pour protéger une industrie traditionnelle qui a déjà dépassé toutes les limites de l’éthique et de la responsabilité sociale des entreprises.

Par tous les moyens, discutons de l’avenir des transports, mais faisons-le sur la base de faits et non de rumeurs, de demi-vérités et de mensonges. Source Enrique Dans

Le véhicule électrique n’est plus une question écologique, c’est une question de bon sens économique
La voiture thermique plombe !

 

Un commentaire

  1. Ping :Voitures électriques: six idées reçues à décortiquer – Acti-VE.org

Les commentaires sont fermés