90% des personnes respirent un air trop pollué, selon l’OMS

Pic-de-pollution-air-ParisNotre droit fondamental à respirer un air propre est bafoué !

Dans un rapport publié ce mardi, l’Organisation mondiale de la santé tire à nouveau la sonnette d’alarme.
C’est un nouveau rapport sur la qualité de l’air qui fait frémir. Après l’OCDE au début de l’été , puis la Banque mondiale il y a une quinzaine de jours , c’est au tour de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de tirer la sonnette d’alarme. S’appuyant sur des données provenant de 3.000 lieux, essentiellement des villes, à travers le monde, ce nouveau rapport conclut en effet que pas moins de 92% des habitants de la planète vivent dans des lieux où les niveaux de qualité de l’air extérieur ne respectent pas les limites fixées.
Et plus précisément les limites sur la qualité de l’air ambiant pour les particules fines dont le diamètre est inférieur à 2,5 microns (PM2.5). Une situation alarmante pour le Dr Maria Neira, directrice du département Santé publique à l’OMS, qui estime qu’une « une action rapide pour faire face à la pollution atmosphérique est nécessaire d’urgence ».

Des solutions existent

Pour autant, la situation n’est pas totalement désespérée. « Il existe des solutions, notamment des systèmes de transports plus viables, la gestion des déchets solides, l’utilisation de poêles et de combustibles propres pour les ménages ainsi que les énergies renouvelables et la réduction des émissions industrielles », estime-t-elle en effet.

Car, pour l’OMS, les principales sources de pollution de l’air sont identifiées:  les modes de transport inefficaces en 1ere lieu en France.

les combustibles ménagers, la combustion des déchets, les centrales électriques alimentées au charbon et les activités industrielles, concourent également à cette situation.

Participer à assainir notre qualité d’air en roulant en VE alimenté EnR