Industrie pétrolière mondiale au bord de la faillite

Article de Nafeez Ahmed paru le 4 février 2020 dans Motherboard

Nous ne sommes pas à court de pétrole, mais il devient de moins en moins rentable de l’exploiter — une raison supplémentaire pour pour laquelle nous devons passer aux énergies renouvelables le plus rapidement possible. Cause TRE / EROI !

Un rapport de recherche gouvernemental produit par la Finlande avertit que l’économie de plus en plus instable de l’industrie pétrolière pourrait faire dérailler le système financier mondial dans les prochaines années.

Le nouveau rapport est publié par le Service géologique de Finlande (GTK), qui dépend du ministère des Affaires économiques du gouvernement. Le GTK est actuellement le coordinateur principal du projet ProMine de la Commission européenne, ses données principales des ressources minérales et son système de modélisation.

Le rapport a été produit comme un exercice de recherche interne pour le gouvernement finlandais, qui a assuré la présidence du Conseil de l’Union européenne jusqu’en 2019.

Signé par le directeur de la recherche scientifique de GTK, le Dr Saku Vuori, le rapport est rédigé par le Dr Simon Michaux, scientifique principal de GTK, de l’unité de géologie du minerai et d’économie minérale. Il procède à une évaluation globale complète de la recherche scientifique sur l’état de l’industrie pétrolière mondiale dans le but de déterminer comment les risques d’un déficit de l’offre mondiale pourraient avoir un impact sur la recherche et l’exploitation des ressources pétrolières.

Le rapport, qui a fait l’objet d’un examen par les pairs, demande à la Commission européenne de considérer le pétrole comme la “matière première cruciale” la plus importante au monde. Malgré une critique cinglante de la théorie du pic pétrolier conventionnel, le rapport arrive à la conclusion choquante que la viabilité économique de l’ensemble du marché mondial du pétrole pourrait être anéantie au cours des prochaines années.

Du pétrole, du pétrole partout, trop cher à exploiter

Le plafonnement de la production de pétrole brut conventionnel en janvier 2005 a été l’un des déclencheurs des événements qui ont conduit au crash financier mondial de 2008, selon le rapport. En raison de l’endettement croissant du secteur des prêts hypothécaires à risque, le plateau de production du pétrole brut a fait augmenter les coûts énergétiques sous-jacents pour l’ensemble de l’économie, rendant cette dette plus difficile à rembourser et entraînant finalement des défaillances catastrophiques. Le rapport avertit que les dynamiques “non résolues” du système énergétique mondial n’ont été que temporairement soulagées en raison de “l’assouplissement quantitatif” — la création d’argent frais par les banques centrales. Une correction est maintenant nécessaire, prévient-il.

Le rapport affirme que nous ne sommes pas à court de pétrole — les réserves existantes sont conséquentes— mais qu’il devient peu rentable de l’exploiter. Le plafonnement de la production de pétrole brut a été “un tournant décisif pour l’écosystème industriel”, le déficit de la demande étant compensé par des combustibles liquides beaucoup plus chers et difficiles à extraire, à savoir des sources de pétrole non conventionnelles comme le pétrole brut provenant de l’offshore profond, les sables bitumineux et surtout le pétrole de schiste (également appelé “tight oil”, extrait par fracturation).

Ces sources nécessitent des méthodes d’extraction, de raffinage et de traitement beaucoup plus complexes et coûteuses que le pétrole brut conventionnel onshore, ce qui a entraîné une hausse des coûts de production et d’exploitation.

Pourtant, le passage à des sources de pétrole plus chères pour soutenir l’économie mondiale, selon le rapport, non seulement mine déjà la croissance économique, mais risque de devenir non durable à ses propres conditions. En bref, nous sommes entrés dans une nouvelle ère d’énergie coûteuse qui va probablement déclencher une contraction économique à long terme.

Le crash à venir

“L’assouplissement quantitatif”, généralement noté par l’acronyme “QE” (Quantitative Easing en anglais), consiste en des programmes massifs de création monétaire par le biais de banques centrales qui achètent la dette publique. Mais le rapport prévient que l’ampleur de l’assouplissement quantitatif pourrait ouvrir la voie à un autre crash financier, à mesure que les marchés pétroliers deviennent instables, très probablement d’ici une demi-décennie.

Le rôle du QE dans le soutien de l’industrie pétrolière et de l’économie mondiale plus largement n’était pas prévu dans la théorie traditionnelle du pic pétrolier, qui n’a pas su prévoir la faiblesse des prix du pétrole mettant en danger la rentabilité. C’est ce que conclut le rapport : “L’ère de l’énergie bon marché et abondante est révolue depuis longtemps… La masse monétaire et la dette ont augmenté plus rapidement que l’économie réelle. La saturation et la paralysie de la dette constituent désormais un risque très réel, nécessitant une restructuration à l’échelle mondiale”.

Bien que le monde ait donc besoin de s’éloigner de toute urgence des combustibles fossiles, il pourrait bien être trop tard pour le faire d’une façon qui évite une crise économique. Et pour ce faire, il faudra que la civilisation industrielle telle que nous la connaissons soit fondamentalement transformée :

“Pour éliminer progressivement les produits pétroliers (et les combustibles fossiles en général), l’ensemble de l’écosystème industriel mondial devra être repensé, réorganisé et fondamentalement reconstruit”, note le rapport. “Ce sera peut-être le plus grand défi industriel auquel le monde ait jamais été confronté historiquement”.

Le professeur Nate Hagens, ancien vice-président des sociétés d’investissement Salomon Brothers et Lehman Brothers, qui enseigne maintenant l’économie écologique à l’université du Minnesota, a déclaré qu’il “trouve le rapport tout à fait plausible”.

Mais nos institutions, nos politiques et nos attentes sont “aveugles à l’énergie”, m’a-t-il dit. Il pense que l’avertissement du rapport sur l’imminence d’une crise économique est très probable.

“Nous optimisons autour de la croissance, qui nécessite de l’énergie qui nécessite de l’énergie carbonée”, a-t-il déclaré. “Nous avons créé près de 300 mille milliards de dollars de créances financières, sur une quantité limitée de ressources de haute qualité… Dans l’ensemble, nous avons créé trop de demandes d’énergie et de ressources futures à satisfaire”.

Du pic saoudien à la bulle de schiste une bulle fossile qui ne peut qu’exploser

Le rapport présente la première évaluation publique indépendante du gouvernement qui conclut que l’Arabie saoudite, autrefois le plus grand producteur de pétrole au monde, approche maintenant probablement (et a peut-être déjà dépassé) un pic de production.

L’étude cite l’accélération du nombre d’appareils de forage dans un contexte de production pétrolière disproportionnellement faible comme une preuve croissante de la baisse de productivité du secteur pétrolier saoudien. Elle cite également les données de la récente introduction en bourse de la société pétrolière nationale saoudienne Aramco, indiquant que les niveaux de production du plus grand champ du pays, Ghawar, sont inférieurs de 1,2 million de barils à ce qui avait été annoncé, ce qui suggère que le champ est proche de la maturité.

Pendant ce temps, l’Arabie saoudite n’a pas été en mesure de répondre à la demande, le schiste américain est intervenu, contribuant à la plus grande partie de la nouvelle offre mondiale de pétrole depuis 2005–71,4 % de celle-ci pour être exact.

Le reste du marché international du pétrole est dominé par la Russie et l’Irak, les autres membres du consortium des producteurs de pétrole du Moyen-Orient de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) ne contribuant globalement qu’à hauteur de 22 % de l’offre totale, ce qui suffit à peine à couvrir les pertes des pays dont la production est en déclin.

Une bulle prête à éclater

Le rapport avertit que la croissance de la production mondiale pourrait donc bientôt s’arrêter en raison de l’économie douteuse de l’industrie américaine du schiste, alimentée par la dette. Alors que l’Arabie Saoudite ne sera plus en mesure d’augmenter sa production de manière significative, le secteur américain du pétrole de schiste pourrait être sur le point de s’effondrer en raison de dettes massives non remboursables, de la baisse des taux de production et de la mauvaise qualité des puits.

Si la productivité des puits de pétrole de schiste a augmenté à première vue, le rapport indique que cela s’est fait au détriment des “baisses observables de la productivité réelle”. L’augmentation de la production “s’est faite au prix d’une augmentation du forage latéral par trou et de l’usage de l’eau, des produits chimiques et des agents de soutènement*”.

Ainsi, alors que la production moyenne des puits de schiste américains fracturés a augmenté de 28 % entre 2010 et 2018, dans le même temps, l’injection d’eau, l’utilisation de produits chimiques et des agents de soutènement a augmenté de 118 %. Selon le rapport, cela indique l’énorme pic des coûts d’extraction.

*https://fr.wikipedia.org/wiki/Agents_de_sout%C3%A8nement

En attendant, le rapport avertit que la plupart des compagnies de pétrole de schiste connaissent un flux de trésorerie négatif en raison de l’augmentation des niveaux de dettes non remboursables. En conséquence, nous approchons rapidement d’un point où les investisseurs perdent confiance dans l’industrie, qui manque maintenant d’argent pour poursuivre ses activités dans un contexte de baisse de rentabilité.

La date exacte d’un pic dans la production américaine de pétrole de schiste est difficile à estimer, mais le rapport conclut que la production “sera probablement en déclin terminal dans les 5 à 10 prochaines années, avec la possibilité qu’elle ait déjà atteint son maximum en raison de la contraction des investissements en amont”.

Si cela se produit, cela signifierait que nous ne pouvons plus compter sur la principale source de pétrole à l’origine de la croissance de la production mondiale.

Selon World Oil, deux grands prestataires de services de l’industrie pétrolière, Halliburton et Schlumberger, estiment déjà que, malgré une production atteignant des sommets, le fracturation du schiste aux États-Unis a déjà atteint un sommet et se trouve dans une période de contraction soutenue.

Un pic mondial ?

Le rapport est très critique à l’égard de la théorie du pic pétrolier conventionnel, qui prévoyait que la production mondiale de pétrole atteindrait un pic et déclinerait peu après 2000 en raison de l’épuisement géologique “souterrain”, ce qui entraînerait une spirale permanente des prix du pétrole. L’approche est décrite comme “trop simpliste” car elle néglige “les interactions complexes et dynamiques d’un certain nombre de questions relatives à l’industrie pétrolière (notamment les actions géopolitiques et l’effet sur l’assouplissement quantitatif)”.

Mais le rapport réfute également le rejet désormais à la mode de la pertinence du pic pétrolier. Bien qu’il reste “beaucoup de pétrole”, il est “de plus en plus cher d’y accéder”.

Le système économique actuel ne peut pas soutenir des prix du pétrole supérieurs à 100 dollars le baril et continuer à croître, tandis que les producteurs de la plupart des nouveaux champs ne peuvent pas maintenir des profits à des prix aussi bas que 45 dollars le baril sans emprunter davantage.

Selon le Dr Michaux, l’économie mondiale est donc prise entre le marteau et l’enclume. “Les prix du pétrole seront maintenus bas pendant un certain temps”, a-t-il expliqué. “Le problème est que tous les consommateurs, à toutes les échelles et dans tous les secteurs, sont saturés de dettes. Les coûts augmentent, tandis que la capacité à générer des richesses se réduit”.

Cela signifie que si l’industrie pétrolière ne peut pas faire face à la baisse des prix, l’économie mondiale ne peut pas faire face à la hausse des prix. “Je considère maintenant le pic pétrolier comme étant défini par une fenêtre de contraction entre un prix du pétrole suffisamment élevé pour maintenir les producteurs en activité et un prix suffisamment bas pour que les consommateurs aient accès aux biens et services dérivés du pétrole”, a déclaré M. Michaux.

En raison de cette combinaison de défis géologiques et de contraintes du marché en surface, l’étude Michaux gouvernementale avertit qu’un pic mondial de la production totale de pétrole est soit “imminent” dans les prochaines années, soit pourrait déjà avoir eu lieu, peut-être en novembre 2018. Mais nous ne pourrons confirmer pleinement ce pic qu’environ cinq ans après les faits.

Plus de la moitié des pays producteurs de pétrole dans le monde sont actuellement en déclin, affirme le rapport, la majeure partie de la nouvelle production étant concentrée entre les mains de six grands producteurs seulement. En ce qui concerne plus particulièrement les opérations de pétrole brut, le rapport indique qu’environ 81 % des champs pétrolifères du monde sont actuellement en déclin, le taux de découverte de nouveaux champs pétrolifères est à son plus bas.

D’ici 2040, cela signifie que le monde devrait remplacer plus de quatre fois la production actuelle de pétrole brut de l’Arabie saoudite, juste pour maintenir la production à son niveau actuel.

Au lieu que l’offre mondiale de pétrole soit simplement limitée par le volume des gisements dans le sol, comme le suppose la théorie du pic pétrolier classique, le rapport indique qu’elle est plutôt limitée “par le nombre de projets économiquement viables disponibles pour être développés à un coût de production suffisamment bas”.

Actuellement, la majeure partie de l’expansion continue de l’offre mondiale dépend des États-Unis. Le secteur américain du schiste étant au bord de la rupture, le rapport avertit que “la fenêtre de viabilité du marché du pétrole se referme, ce qui laisse penser que la reprise de la correction de 2008 sera bientôt là”.

Selon le Dr. Hagens, cette nouvelle analyse confirme que “le pic pétrolier” est maintenant vraiment une question de “crédit de pic”. Si nous pouvons d’une manière ou d’une autre continuer à accroître nos créances financières pour nous permettre d’accéder aujourd’hui à l’énergie future, nous continuerons à pouvoir extraire la prochaine tranche d’hydrocarbures la plus coûteuse”.

Mais comme les niveaux d’endettement deviennent dangereusement instables, cela ne peut pas durer longtemps ; et cela ne fait qu’aggraver le problème, en rendant les futurs taux de déclin du pétrole plus abrupts. La situation finira par devenir intenable. Il affirme que c’est “l’orgie mondiale du crédit des 50 dernières années”, mais surtout depuis 2008, qui a maintenu le moteur de la croissance.

J’ai demandé à M. Hagens s’il était d’accord avec le verdict du rapport selon lequel un pic global pourrait donc être imminent. “Je trouve cela extrêmement plausible”, a-t-il déclaré.

Réinitialisation mondiale et nécessité d’un nouveau paradigme industriel

Parce que nous “utilisons la finance pour combler ce fossé biophysique”, a-t-il ajouté, cela finira par “entraîner une impulsion déflationniste dans les économies mondiales”.

Les niveaux de la dette mondiale sont maintenant complètement hors de contrôle, selon le rapport, qui constate que la création de dette du gouvernement américain a été environ deux fois plus importante que le taux de croissance économique au cours des 40 dernières années. En augmentant le volume de la dette, les pays ont pu maintenir la croissance alors que les coûts de l’énergie augmentaient. En conséquence, la plupart des économies nationales ont maintenant un ratio dette/PIB supérieur à 90 %, ce qui signifie qu’elles doivent s’endetter davantage pour maintenir leur économie en état de marche tout en continuant à rembourser leur dette.

La croissance du PIB équivaut donc à un “mirage alimenté par la dette”, selon le rapport. Comme nous n’avons pas correctement planifié l’éventuelle élimination progressive des énergies fossiles, il est tout à fait possible qu’avec la contraction des systèmes énergétiques, en particulier du pétrole, nous assistions à “l’apogée de la production industrielle par habitant au cours des prochaines années”.

Alors que les marchés du pétrole deviennent peu fiables, le rapport demande instamment que le monde développe “un système énergétique entièrement nouveau basé sur un paradigme entièrement différent”. Le rapport appelle les professionnels techniques et les décideurs politiques à se concentrer sur la manière de “créer une société de haute technologie” basée sur une empreinte énergétique propre plus petite qui ne dépend pas d’une croissance matérielle sans fin. “Si cela n’est pas réalisé, l’alternative est la dégradation (et la fragmentation) de l’écosystème industriel actuel”.

En bref, cela signifie que nous devons passer très rapidement aux énergies renouvelables, tout en réorganisant totalement le fonctionnement de nos sociétés pour le monde de l’après-fossile qui s’annonce. L’essence sera obsolète dès 2025 et le nucléaire l’est déjà !

Toutes les grandes nations industrielles doivent “travailler ensemble sur la manière de se passer du pétrole et des combustibles fossiles en général”, conclut le rapport, en lançant un avertissement : “L’alternative est le conflit”. La civilisation industrielle devra “évoluer” vers “un profil de consommation énergétique plus faible et moins complexe”, basé sur une “restructuration complète du côté de la demande des besoins énergétiques”.

En ce moment, “personne ne se prépare à cela”, a déclaré M. Hagens. “Non seulement nous roulons vite, mais nous avons un point de vue aveugle sur l’énergie. La dynamique de notre système actuel nous oblige à discuter d’un système plus grand et non d’un système plus petit, de sorte que les plans et schémas corrects et valables ne sont pas discutés… c’est un tsunami qui s’annonce et lorsque les eaux se retireront, nous aurons des économies régionales plus petites, plus simples et plus locales”.

Nafeez Ahmed Source

Faites un peu moins avec beaucoup moins ! Le véritable changement est de penser, d’agir différemment !!

Roulez en VE alimenté avec des EnR !

Il nous guette !! Effondrement ce terrible manque d’amour

Les commentaires sont fermés